Bassidou COMPAORÉ

Musicien - conteur

Bassidou Compaoré est né à Niaogho, Burkina Faso en 1957, dans une famille de musiciens de village. Formé par Balaké et Charly Malonga, à Ouagadougou. Il s’installe à Paris en 1998, où il développe plusieurs aspects de son travail, qui s’enrichissent mutuellement : Musique & conte de rue Particularité de son parcours, Bassidou se produit régulièrement dans le parc des Buttes-Chaumont depuis 2005. Assis au pied d’un arbre; il fait chanter son balafon et ses histoires aux oreilles des publics. Il participe aussi à l’animation du Carnaval de rue de la Butte Bergeyre depuis sa création en 1999.

LIRE LE CV

Quelques spectacles


Bassidou Compaoré conte et joue pour le jeune public « Le petit poussin ».
Pour le public familial il raconte ses « Contes en chemin ». Bassidou Compaoré s’inspire de musiques traditionnelles d’Afrique de l’Ouest (musique Malinké, Moré et bissa) et joue du Balafon, Coné, Malimba, Gimbé, Sessaka).
Depuis 2000, il accompagne régulièrement la conteuse Florence Desnouveaux autour d’histoires traditionnelles du monde entier au théâtre, en Bibliothèques, Centre culturel, Maison de Quartier, en appartements…
Il a joué pour les conteurs Suzy Ronel, Charles Piquion et Sylvie Mombo.


Pédagogie


Depuis 2012, Bassidou Compaoré intervient dans les collèges parisiens pour conter et présenter ses instruments de musique. Depuis 2003, il anime un atelier de percussions africaines pour les enfants de l’école primaire Bolivar. Il intervient régulièrement au Musée de la Musique et au Musée Dapper, pour transmettre la particularité de ses instruments traditionnels.

De 1987 à 1998, en Italie, Bassidou Compaoré a participé et a été primé à de nombreux concours de musique lors de festivals d’Arts de la Rue. Il a travaillé au sein de la fanfare de la Scuola popolare di Musica Di Testaccio. Il a présenté différents spectacles en groupe et fait deux albums avec le groupe Epsilon.

Musicien en Afrique de l’Ouest pendant 10 ans
dans différents groupes :

- « Les quatre frères noirs » qui ses produisaient régulièrement à l’Hôtel Indépendance à Ouagadougou;

- « Soubaga » qui est passé à la télévision nationale burkinabé ;

- « Balaké et ses dieux » qui a tourné en côte d’Ivoire et qui est passé à la RTI, radio-télévision ivoirienne.